Outils pour utilisateurs

Outils du site


Panneau latéral

Autres parties du site :

Menu du wiki :


Gestion du wiki :


blog:un_mariage_riche_en_promesses..._de_recherches

Un mariage riche en promesses... de recherches

En echo à Sophie Boudarel et les thèmes mensuels pour bloguer votre généalogie, j'inaugure la partie blog de notre site avec un billet consacré à un mariage qui apporte un grand nombre de pistes de recherches.

Ayant débuté la généalogie il y a à présent un peu plus d'un an, ce mariage apporte un lot d'interrogation au généalogiste débutant que je suis. Et comme je ne les ai pas encore explorées, elles me semblent particulièrement intéressantes à présenter pour résumer les questions d’un néophyte.

Deux frères

Le SOSA 73 de mes enfants, ROSIER Augustine Adelina a épousé, le 9 février 1853, OUDOT Jean Antoine (SOSA 72). La lecture de l'acte de mariage à Laon (02) 1) montre qu'Augustine est veuve d'un autre OUDOT prénommé François.

La recherche de ce premier mariage célébré le 31 mai 1848 à Laon 2) nous apprend qu’OUDOT François a les mêmes parents qu’OUDOT Jean : OUDOT François et MAILLARD Jeanne Marie.

Notre chère Augustine a donc épousé les deux frères l’un après l’autre. OUDOT François étant décédé le 10 août 1851 à Laon 3). Trois enfants sont nés du premier mariage : Françoise, Edouard et Eléonore. Deux du second : Eugène et Antoine (SOSA 36).

arbre_oudot.jpg

Le généalogiste débutant a donc envie de comprendre ce qui a pu pousser une femme à épouser deux frères ? De quoi est mort son premier mari à seulement 33 ans ? Peut-être que la lecture du contrat du second mariage m’éclairera-t-elle ?

L’avantage de ces billets de blog de juin sur le mariage est qu’ils montrent au généalogiste débutant qu’une situation qui semble originale ne l’est jamais complètement. En effet, le blog Rhit profite lui aussi du mois de juin pour nous présenter un mariage fraternel.

Deux frères migrants

Par contre, des éléments complémentaires viennent donner un caractère plus original à ce dossier. Si Augustine a épousé deux frères, elle a épousé deux frères originaires d’une région bien éloignée pour le milieu du XIXème siècle.

En effet, nos deux frères OUDOT sont nés à Colombe lès Vesoul dans la Haute-Saône (71) :

  • OUDOT François est né le 15 novembre 1818
  • OUDOT Jean est né le 27 février 1823

Comment et pourquoi deux frères nés en Haute Saône se sont-ils retrouvés dans l’Aisne à 30 ans ? Cette fois la recherche d’indices est rapide car les actes d’état-civil nous donnent un élément clé : l’armée est certainement l’origine de cette migration.

Lors de son mariage, François vient d’obtenir, cinq mois auparavant, son congé de libération du 9ème régiment d’infanterie légère. A son décès, il est indiqué comme ayant profession de concierge des bâtiments militaires. Lors du remariage de sa veuve avec son frère, il est aussi précisé qu’il était concierge des bâtiments militaires.

concierge_batiment_militaire.jpg

François a donc probablement migré à Laon en raison de son statut de militaire. Mais qu’en est-il de Jean ? Son acte de mariage nous apprend qu’il est lui aussi concierge de la citadelle.

concierge_citadelle.jpg

Et voici des questions qui ressurgissent : Jean a-t-il été aussi militaire ? Quel a été le parcours militaire de François ? Par ailleurs, l’étude de cette fratrie OUDOT nous apprend qu’une de leur sœur, Françoise, a aussi migré vers l’Aisne où elle aura un enfant, Eugénie, à Laon le 19 octobre 1857. Toujours des questions : Pourquoi Françoise, qui ne pouvait pas être militaire aussi, s’est-elle installée à Laon ?

Deux frères ayant le même métier

Enfin, le néophyte se demande enfin à quoi correspond ce métier de concierge de citadelle. Est-il courant que deux frères l’exercent ? Est-ce une « récompense », pour services rendus ou pour blessure ?

Pour conclure, un des grands intérêts de découvrir la généalogie est de pouvoir, à partir d’un acte de mariage, se poser d’innombrables questions sur ses ancêtres. Et alors, le néophyte d’avoir un peu le vertige en imaginant les recherches à venir qui ne pourront pas se faire que dans les registres d’Etat-civil : archives notariales, archives militaires, métier anciens, histoire générale des périodes concernées… Une vie peut-elle suffire ?

1) 5Mi0083 - (1853 1853), Vue 109
2) 5Mi0082 - (1848 1848), Vue 131
3) 5Mi0083 - (1851 1851), Vue 247

Discussion

Sophie Boudarel, 2013/06/18 14:01

Bonjour,

Bienvenue dans la boucle ! Une vie ne suffit pas à répondre à toutes nos questions généalogiques mais c'est ce qui en fait le piment ;-)

Au plaisir de lire la suite de vos recherches.

Sophie Boudarel

Yves, 2013/06/18 19:28

Merci beaucoup. Je craignais d'entendre cette réponse ;-)

Benoit Petit, 2013/06/18 22:29

En effet, plein de questions et de réponses en devenir. J'en profite pour partager votre article pour qu'il ait un écho encore plus important et pour qu'il fasse débat. Je souhaite que vous ayez des réponses. Mais le plus souvent, on découvre autre chose :-) C'est l'avantage de la généalogie! Bonnes recherches Benoît

Yves, 2013/06/18 22:49

Merci beaucoup

Entrer votre commentaire. La syntaxe wiki est autorisée:
 
blog/un_mariage_riche_en_promesses..._de_recherches.txt · Dernière modification: 2013/12/13 09:01 (modification externe)