Outils pour utilisateurs

Outils du site


Panneau latéral

Autres parties du site :

Menu du wiki :


Gestion du wiki :


blog

#ChallengeAZ 2014 - S comme Statistiques

J’aime bien les statistiques. Pas forcément pour leur approche théorique que je suis loin de maîtriser, mais plutôt car elle montrent que l’on peut faire dire ce que l’on veut à des chiffres et que l’on peut présenter tout et n’importe quoi sous forme de chiffres, même les éléments les plus inutiles.

La généalogie est clairement un domaine dans lequel on peut longtemps s’amuser : taux d’implexe, taux de consanguinité, espérances de vie, âges moyens à différentes étapes de la vie. Les logiciels fourmillent d’exemples de statistiques permises par la collecte de données généalogiques sur des séries longues. Les billets du challenge sur les kilomètres montrent que l’on peut aussi envisager des statistiques géographiques : dispersion, éloignement,…

Et, pour reprendre mes propos introductifs, deux exemples de statistiques qui peuvent induire en erreur en raison de biais de périmètre ou de présentation.

Nous connaissons tous Geneanet qui sur sa page d’accueil, arbore fièrement le nombre d’individus référencés dans ses bases.

geneanet.jpg

Mais nous savons tous aussi, et cela fait couler beaucoup d’encre, qu’une grande partie de ces individus ne sont que des doublons issus de recopies massives et parfois entachés de profondes erreurs.

C’est très certainement une des raisons qui a poussé ce site à accompagner cette vision quantitative d’une vision qualitative en créant un indice de fiabilité. Dommage que le nombre d’individus référencés en 5 étoiles ne soit pas non plus affiché en page d’accueil…

Deuxième exemple, qui me permet au passage de faire mon mea culpa. Depuis le début du Challenge, je passe une bonne partie de mon temps à référencer les billets du challenge sur mon annuaire pour en extraire deux statistiques. Les deux présentent un biais qu’il faut reconnaître.

Premier biais, mes analyses par mots clés sont totalement subjectives car les mots clés attribués sont le reflet de mon interprétation des billets.

challengeaz_week1.jpg

Second biais, mon décompte du nombre de billet par lettre est partiel car, publié en cours de challenge, il ne tient pas compte des billets qui n’auraient pas encore été publiés pour les lettres déjà passées. Sophie Boudarel l’avait d’ailleurs relevé sur le fil twitter ci-dessous et sur son blog.

Finalement, en généalogie comme ailleurs, l’usage des statistiques procède à la fois du merveilleux et du diabolique. Et, comme nous n’arrivons pas à nous en passer, il vaut mieux bien les comprendre pour éviter de leur faire dire n’importe quoi.

Pour conclure, je me suis amusé à me créer mon petit indicateur généalogique mesurant le niveau de complétude de mes travaux ascendants :

  • Nombre de numéros SOSA/ numéro SOSA le plus élevé *100

Si mon SOSA le plus élevé est le 1000 et que je n’ai que 500 SOSA dans ma base, je n’ai donc complété mon ascendance qu’à 50%. Ça doit être mon côté contrôleur de gestion qui ressort… Et vous, avez-vous créé vos petits indicateurs maison ?

2014/06/23 19:24 · yves · 1 Commentaire

#ChallengeAZ 2014 - P comme PIB

La lettre M m’a permis d’évoquer la marchandisation croissante que connait, selon moi, la généalogie en insistant sur la notion de propriété. Le deuxième élément nécessaire à la marchandisation est la notion de valeur dont l’utilité peut être vue à travers le PIB.

Lire la suite...

2014/06/19 22:04 · yves · 2 Commentaires

#ChallengeAZ 2014 - O comme Orwell

1984.jpg

Après Kant pour la lettre K, un autre penseur/auteur célèbre pour la lettre O. George Orwell est mondialement connu pour son ouvrage majeur : 1984.

Un des dogmes sur lesquels s’appuie le gouvernement despotique décrit dans ce chef d’œuvre est résumé par cette sentence : « Qui contrôle le présent, contrôle le passé. Qui contrôle le passé, contrôle le futur ».

En quoi s’applique-t-elle au généalogiste ?

Le généalogiste est l’historien du passé de sa famille. S’il est le seul de sa famille, il contrôle alors fermement le présent et seule sa voix permet d’analyser le passé. Mais cette analyse ne sera jamais totalement objective. Consciemment ou non, nous avons tous nos filtres psychologiques qui nous poussent à voir les choses d'une façon plutôt que d'une autre.

Dans un démarche presque orwellienne d'habillage du passé, elle pourrait même tendre à voir de l’héroïsme, du romantisme, de la grandeur là ou parfois ces éléments étaient absents. Et cette tendance est certainement inversement proportionnelle à la précision des sources.

En appuyant ainsi certains aspects de son ascendance, le généalogiste pourrait alors probablement influencer sa descendance en mettant en exergue certaines valeurs ou comportements qui lui semblent être nobles.

Pensez-vous que la généalogie puisse être un moyen d’orienter le futur de sa famille ?

2014/06/17 06:45 · yves · 1 Commentaire

#ChallengeAZ 2014 - Les mots clés à mi-parcours

A mi-parcours, plus de 700 billets ont déjà été publiés, c'est vraiment impressionnant et les listes de lecture en attente s'accroissent…

Les thèmes abordés par le généablogueurs ont ils évolués depuis la semaine dernière ?

challengeaz_week2.jpg

Lire la suite...

2014/06/16 14:06 · yves · 0 Pas de commentaires

#ChallengeAZ 2014 - M comme Marchandisation

marchand.jpg

Un peu comme le L, j’aurais pu faire un choix différent pour le M et parler de Marins. Mais non, je parlerai de marchandisation (Et sincèrement, Marine et ses ancêtres parle tellement bien de ses ancêtres marins qu’il serait illusoire de vouloir y ajouter quelque chose).

Marchandisation donc. Concept qui consiste à considérer que toute chose peut, ou devrait pouvoir, s’échanger sur un marché. Pourquoi ce sujet ? Parce que clairement, j’ai l’impression que la généalogie fait l’objet d’une marchandisation croissante des bases de données, données source ou travaux. Attention, je ne prétends évidemment pas que cela n’a jamais existé. Mais j’ai le sentiment d’une diffusion de ce concept dans le monde généalogique, porté notamment par des entreprises qui, par nature, ont besoin de donner une valeur aux choses.

Pas nécessairement de jugement de valeur dans ce billet. Je n’ai pas d’idées arrêtées sur le sujet. D’une part, car je manque de recul dans le monde généalogique et, d’autre part, car je pense que le sujet est trop complexe pour aboutir à une idée simple, donc simpliste.

D’une manière générale, j’ai envie de croire que la marchandisation n’est pas le mal absolu. Que lorsque le but poursuivi permet de diffuser un peu plus le « savoir » généalogique, pourquoi ne pas donner une valeur à ce savoir ? Que lorsque ce choix est éclairé et volontaire, choisir de limiter ses droits de propriétés sur son travail aide à diffuser ce savoir.

Par ces questions, on aborde deux concepts sous-jacents à la marchandisation : la valeur et la propriété. Car sans eux pas d’échange.

Lire la suite...

2014/06/16 12:50 · yves · 0 Pas de commentaires

<< Billets récents | Anciens billets >>

blog.txt · Dernière modification: 2013/12/13 08:48 (modification externe)